ACTUEL PIANO NOBILE DEPUIS 1996 LIENS CONTACT ASSOCIATION

 

vider la terre pour remplir le ciel

Vanessa Billy

Circulation, transfert et déplacement sont des éléments centraux du travail de Vanessa Billy. Ils se manifestent par le recyclage ou la réutilisation de matériaux trouvés, par l’usage du verbe, du geste et du mouvement, par la référence aux activités humaines, qu’elles soient industrielles ou quotidiennes, par la transparence et la fluidité des matières, par la notion de transformation et la création d’oeuvres
« vivantes » et évolutives.

Exposition du 22 février au 13 avril 2013
Commissariat de l'exposition : Marie-Eve Knoerle, Isaline Vuille
La publication TAKE est parue à l'occasion de l'exposition.
Feuille de salle (pdf)
Flyer (pdf)

Lancement de Paper Jam #2 Initié par Charlotte Seidel et Emile Ouroumov, appel à contribution auprès d’artistes, graphistes et curateurs internationaux à participer à une exposition avec un mode de diffusion particulier. (pdf)

-----

empty the earth to fill the sky

Circulation, transfer and displacement are central elements of the work of Vanessa Billy. They manifest themselves through recycling or reuse of found materials, by the use of words, gestures and movement, by reference to human activities, whether industrial or daily, by the transparency and fluidity of the materials, by the idea of transformation and the creation of "living" and evolving works.

Crédit photographique : Emile Ouroumov

Piano Nobile bénéficie du soutien de la Ville de Genève – Département de la culture et du sport, de la République et canton de Genève, de la Fondation pour la promotion de lieux pour la culture émergente. La programmation 2013 bénéficie du soutien de la Loterie Romande, du Pour-cent culturel Migros. L’exposition de Vanessa Billy bénéficie du soutien du Fonds cantonal d’art contemporain, SCC/DIP, Genève, de Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture.

 

 

 

Avec une grande économie de moyens, les oeuvres de Vanessa Billy (*1978, Genève, vit et travaille à Zurich),évoquent notre rapport aux choses et à l’environnement. A Piano Nobile, l’artiste présente un ensemble de nouvelles oeuvres spécialement conçues pour le lieu. Profondément ancrée dans une curiosité pour les matériaux courants et les objets banals (industriels ou domestiques), la pratique de Vanessa Billy s’attache à explorer leurs potentialités, à les révéler en quelque sorte en les transformant ou en les associant. Qu’elle développe des processus pour observer le comportement des matières ou qu’elle utilise des éléments trouvés et porteurs d’anciens usages, l’artiste opère par le déplacement et la mise en
relation, réinventant des formes toujours nouvelles. Dans ce dialogue permanent entre les éléments (avec les mots des titres, aussi), les oeuvres de Vanessa Billy parlent des matériaux, de l’émergence et du devenir des formes, ainsi que plus largement de l’activité humaine, du fonctionnement des corps aussi bien que des actes et des usages quotidiens, ainsi que de la gestion des ressources. Pour son projet à Piano Nobile, l’artiste a choisi de mettre l’accent sur un aspect particulièrement présent dans son travail, qui est l’idée de circulation, de transfert, de déplacement. Vider la terre pour remplir le ciel, comme un système de vases communicants, une transmission par porosité, par proximité, un échange de particules… Mais vider la terre implique aussi l’idée d’une perte, d’une utilisation abusive – on peut penser à l’exploitation des mines ou plus généralement des ressources naturelles. Circuits de transformation industrielle qui laissent à la fin du cycle de consommation des déchets irréductibles ; circuits économiques où les valeurs fluctuent ; production de masse qui remet en cause l’idée de nature… Si le travail de Vanessa Billy se fait l’écho d’une certaine inquiétude propre à l’époque actuelle quant à l’utilisation des ressources de notre planète, cela passe nécessairement par le poétique, qui est l’acte de faire – faire pour donner du sens. Dans une interview de 2010, l’artiste disait que le travail artistique lui permettait de penser par les choses, ‘think through things’. La pratique, la transformation des objets et des matériaux, l’assemblage des images et des mots, comme autant d’outils pour penser notre activité de tous les jours et notre rapport au monde.

-----

With great economy of means, the works of Vanessa Billy (*1978, Geneva, lives and works in Zurich) evoke our relationship with things and the environment. At Piano Nobile, the artist presents a series of new works specially conceived for the occasion. Rooted in a curiosity about everyday materials and banal objects (industrial or domestic), Billy’s work is devoted to exploring their potentialities, revealing them in some way by transformation or association. Whether she develops processes to observe the behaviour of materials or uses found elements that carry former uses, the artist operates according to principles of displacement and connections, and thus reinvents ever new forms. In this ongoing dialogue between the elements (also with words in titles), Vanessa Billy’s works talk about materials, emergence and becoming of forms, and evoke more generally human activity, the functioning of the body and everyday acts and uses, as well as the management of resources. For her project at Piano Nobile, the artist has chosen to focus on an aspect particularly present in her work, which is the idea of circulation, transfer, displacing. Empty the earth to fill the sky, as a system of communicating vessels, transmission by porosity, by proximity, particle exchanges.... But empty the earth also involves the idea of loss, of misuse – we can think of exploitation of mines, or more generally of natural resources. Cycles of industrial transformation that leave irreducible waste at the end of the consummation cycle; economic cycles where values are fluctuating; massive production that question the idea of nature... If the works by Vanessa Billy transmit a certain concern very common nowadays regarding the use of planet resources, this necessarily happens by way of the poetic, which is the act of making – make in order to make sense. In an interview in 2010 Billy said that her artwork allowed her to ‘think through things’. The practice, the transformation of objects and materials and the assembly of images and words are like tools with which to consider our daily activity and our relationship to the world.