fp

 

ACTUEL PIANO NOBILE DEPUIS 1996 LIENS CONTACT ASSOCIATION

 

TAFAA-ENCODE
Chloé Delarue

À DIENSTGEBÄUDE / PS3
Commissariat : Marie-Eve Knoerle / Piano Nobile
Flyer (pdf)

Crédit photographique : Mauve Serra

TAFAA - ENCODE
Produit pour l’exposition
Cuivre, néons, latex, spiruline, aiguilles d'acupuncture, dalle LCD
Soucougnans,vidéo (avec Lauren Huret et Antoine Bellini)


Soutiens : Pro Helvetia — Fondation suisse pour la culture, Fonds cantonal d`art contemporain, Fondation Oertli, Burgauer Stiftung

 

En tant qu’échange curatorial entre Piano Nobile et Dienstgebäude, les expositions de Chloé Delarue à Zurich et Esther Mathis à Genève se font écho par certains aspects. Utilisant des moyens formels très différents, les artistes ont en commun une certaine esthétique de la transformation, de l’organique vers l’artificiel et vice versa, souvent en créant un environnement proche d’un laboratoire ; elles proposent une lecture subjective d’un monde en mutation.

Lancé l’année dernière, le projet Toward A Fully Automated Appearance (TAFAA) regroupe les expositions de Chloé Delarue depuis lors, développant un vocabulaire de formes et de matériaux pour construire une sorte d’« écosystème » sur la durée. Certains éléments se recyclent dans les présentations successives, les nouvelles pièces sont alimentées par les précédentes. L’installation créée pour le Project Space 3 de Dienstgebäude servira ainsi de décor à une performance-vidéo, faisant intervenir un acupuncteur, qui sera tournée en cours d’exposition.

Le corps, ou de manière plus générale l’organisme, est toujours au centre des propositions de Chloé Delarue ; un corps-machine, présent par ses fluides, ou évoqué par des peaux de latex, des circulations de tuyaux ou de tubes comme un réseau veineux, et qui, par extension, parle d’intelligence artificielle. Diffusée dans l’installation TAFAA – ENCODE, la vidéo Soucougnans met en scène le corps modifié par le culturisme, devenant presque androïde, et plusieurs formes féminines qui se confondent par effet de morphisme. Le corps en tant que lieu de connexion des flux, un passage des méridiens, est en outre présent dans l’installation, pensée comme un cabinet préparé pour une séance d’acupuncture expérimentale, avec la présence d’un objet à évocation vaudou.

Dans les différentes composantes de TAFAA – ENCODE, la technologie est littéralement imbriquée dans la nature : un écran à cristaux liquides est « conservé » dans une épaisseur de latex, un tronc d’arbre « fossilisé » par cette même technique, un film de spiruline se superpose à du néon pour répandre une lumière presque médicale ; le son émanant de la vidéo entraîne également vers une atmosphère synthétique. 

L’installation se lit par fragments, prend son sens par allusions, à l’image du mobile qui la surplombe, composé de néons extraits d'enseignes lumineuses, certainement publicitaires, dont le mouvement potentiel recompose les sections de lettres en créant un langage crypté.

Marie-Eve Knoerle