dt2

 

ACTUEL PIANO NOBILE DEPUIS 1995 LIENS CONTACT ASSOCIATION

 

"Dans un deuxième temps" (2)

Daniel Lanz, Nina Langensand & Thomas Köppel


Exposition du 9 au 19 décembre 2010

Avec le soutien de la République et canton de Genève
Soutien annuel à Piano Nobile : Ville de Genève – Département de la culture

http://daniellanz.ch/
http://thomas.werkstadt.ch/

 

 

 

Dans un deuxième temps (2)

Le deuxième volet de l’exposition rassemblant quelques dialogues entre performance et vidéo, s’intéresse aux traces d’une action passée, réactivée et revisitée dans le contexte d’un lieu de présentation qui en modifie la réception. Procédé de distanciation qui témoigne d’une performance à caractère privé, travail artistique « en cours », la trace vidéo devient aussi film expérimental. La collaboration entre Nina Langensand et Thomas Köppel ainsi que les travaux de Daniel Lanz rendent compte de performances de longue durée. La notion d’expérience vécue durant le temps enregistré de l’action donne lieu à une trace, ou traduction, spécifique de cette action.

Performance réalisée dans le cadre d’un festival à Genève en mai dernier (« In the trench »), D. Lanz a documenté les quatre heures passées au-dessous du lieu du festival, écrivant, filmant. L’installation « Bel étage », dont la vidéo est diffusée en temps réel, dévoile ainsi la partie cachée de l’expérience ; des textes, bribes de pensées saisies sur le moment et réflexions ultérieures, sont accumulés sur un support rappelant l’esthétique du papier carbone. Les sons souterrains, concrets, se superposent à un enregistrement sonore, par défaut, du festival. Rapportée de l’intérieur de la « tranchée », la vidéo relève pour ainsi dire d’un film expérimental qui présente une certaine monotonie couplée avec une tension ; attente, enfermement, communications avec l’extérieur ou micros actions entreprises devant la caméra.
L’installation « Zurich-Geneva to go » met en scène un parcours pour lequel l’artiste a aménagé et filmé une composition avec des objets récupérés, dans un véhicule qu’il conduit à travers plusieurs actions : un caddie de supermarché. Ce dernier, posé de manière sculpturale dans l’espace d’exposition est potentiellement investi d’une nouvelle action. Les vidéos et objets présentés par D. Lanz témoignent en outre de la recherche d’une qualité picturale.

L’installation « moment cinétique » de N. Langensand et T. Köppel, dont le titre est issu d’un terme de physique, s’articule autour des principes élémentaires de déplacements dans un espace, de points de repères et de transcriptions de gestes.
N. Langensand et T. Köppel ont effectué une action continue durant la semaine précédant le vernissage de l’exposition. Les coordonnées de points fixés dans l’espace et l’entrelacement de fils investissant l’espace, matérialisent un enregistrement du temps tout en produisant un système aléatoire. L’expérience consiste à traduire visuellement les gestes générés dans l’espace, à l’aide d’un petit capteur de mouvement qu’est la télécommande wii et d’une programmation informatique ; d’une part en représentant les positions dans l’espace, l’empreinte immatérielle du geste en quelque sorte, d’autre part en représentant les forces par un graphique tramé qui devient aussi image abstraite et évolutive.
Le travail s’intéresse simultanément à la notion de perte de données, - un vide se dessine dans la projection de la trame-, provoquées par la traduction d’une action en image ou par tout type de documentation.

Comme dernière étape de cette exposition, une performance live se déroulera le 20 janvier 2011 lors du vernissage de THYLACINE (Misha Düblin & Fabian Hachen) et sera suivie d’une présentation installative.